Episode 1 – « Après cette crise, on veut tout plaquer et partir ensemble »

Episode 1 – « Après cette crise, on veut tout plaquer et partir ensemble »

Elles se sont rencontrées en 2016 à Marseille, alors qu’elles travaillaient toutes les deux dans une boîte d’informatique. C’était parti pour être une simple amitié, qui a duré environ 3 ans, jusqu’à ce que Lisa* avoue ses sentiments à Alexandra*. A partir de là, c’est allé très vite.

Aujourd’hui, ça fait un an et demi qu’elles sont en couple. « On est ensemble une semaine sur deux, car Lisa a ses enfants en garde partagée » confie Alexandra. « La semaine qu’on a pour nous, on ne se quitte pas, on se voit tous les jours. L’autre, on se voit une ou deux fois et sinon, on s’appelle tous les soirs sur Skype. »

Presque inséparables, donc, mais pas fusionnelles : « On a toujours eu notre espace à nous. On se complète bien sur ça. » rajoute Alexandra. Elles sortent toutes les deux de longues relations, 10 et 16 ans, et craignent doucement l’engagement, ont parfois même du mal à assumer leur statut de couple. Elles n’ont pas de projet de long terme et se contentent pour l’instant de programmer des week-ends à deux.

Elles étaient ensemble le soir où Emmanuel Macron a annoncé aux Français qu’ils devaient rester chez eux. Instinctivement, elles ont souhaité rester ensemble, se confiner toutes les deux sous le même toit. Malheureusement, Alexandra a été exposée au virus au travail et a jugé plus sage de rester seule chez elle. Elle envisage quand même de rejoindre Lisa : « Je pense qu’on va craquer avant la fin du confinement, probablement au bout de 2 ou 3 semaines une fois qu’on sera sûres de ne pas être malades ».

En attendant, elles s’écrivent, s’appellent parfois pendant des heures. C’est aussi l’occasion pour Alexandra, qui n’a jamais réellement vécue seule, de faire le point sur leur relation. « Ça permet de prendre du recul sur pas mal de choses : besoins, motivations, envies de chacun… Je pense que c’est quand tu es seul que tu te rends mieux compte de ce qu’il te manque. On a l’habitude de l’autre, de sa présence, et là on ne peut juste pas. Tu te remets en question : est-ce que t’as vraiment besoin de l’autre ? »

Elles en ont discuté, sont sur la même longueur d’ondes. Elles ne veulent pas être en couple juste pour être en couple. S’appeler juste pour s’appeler, se voir juste pour se voir. Elles veulent de réels moments ensemble, et les vivre à fond. Quand ce sera fini, elles ont décidé de partir. Tout plaquer, s’en aller pour une durée indéterminée. Peut-être aux États-Unis, louer une voiture, faire un roadtrip. C’est leur premier projet de long terme, la première fois qu’elles organisent quelque chose d’aussi lointain.

 « Ça nous a fait prendre conscience que la vie est courte, et qu’il faut la vivre. » explique Alexandra.  « On a toujours vécu par procuration, pour mon couple dans mon cas, pour son travail dans le sien. J’ai un problème pulmonaire, et on sait que si j’attrape le Covid ça risque de mal se passer. Donc on veut se faire la promesse que si on y survit, on essaiera de vivre, au plein sens du verbe vivre. »

*Les prénoms ont été modifiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez
Tweetez
Partagez